Le corset au 20è siècle

Pourquoi le corset revient-il à la mode ?

La présence des corsets dans les garde-robes féminines actuelles, prouvent que ce vêtement dont l'origine est issue du XIXe siècle suggère que, d'une certaine façon, l'expression du corset trouve un écho dans nos sociétés actuelles - bien que le contexte de son port et sa signification ont évolué et changé en une façon plus sensuelle et romantique très recherchée par les femmes, avec une certaine note de rétro.

Dans les années 1930, la mode a remis la réduction du tour de taille en évidence, à l'aide de gaines amincissantes nouvelles pour l'époque, de coupes au design bien pensé, ou de combinaisons nouvelles & audacieuses de couleurs. Tout au long de la décennie, on observe une évolution vers une silhouette plus tridimensionnelle. Cela se traduit par l'importance de la taille et, plus tard, des épaules. Quoi de plus approprié que le corset pour mettre sous les projecteurs la forme féminine redécouverte ? D'ailleurs, à la fin des années 1930, les corsets souples et les nuisettes, mais aussi les fameuses robes de soirée, font partie de ce que l'on appelait le renouveau victorien, popularisé par des films comme "Autant en emporte le vent" et "Les petites femmes". La réduction de la taille était importante, les épaules élargies, et la forme globale des courbes préfigurait la silhouette en sablier du "New Look" de 1947 lancé par Christian Dior.

À partir de la fin des années 1940, les créateurs et maisons de mode de l'époque désiraient recréer la même silhouette cintrée, obtenue des décennies plus tôt grâce au corset, par l'intermédiaire de coupes plus sophistiquées et réfléchies pour l'époque, comme des rembourrages en coton, armatures en métal... l'exemple le plus frappant étant l'archétype et l'icône du tailleur "Bar" conçu par Dior.

Tailleur "Bar" de Dior, 1947

 

Comme pour réaffirmer son rôle dans l'univers de la mode, le corset revient, cette fois transformé en un "bustier" complètement intégré et utilisé dans la plupart des robes de soirée de la fin des années 1940 et du début des années 50.

Au milieu des années 50, on constate une recherche évidente d'une mode plus géométrique et architecturale. En quête de nouvelles coupes, les créateurs de mode étudient les robes en tant que masse volumineuse, et expérimentent divers collections avec la taille, en la remontant, ou bien en la descendant ou même en la dissimulant complètement.

Au milieu des années 1970, la créatrice de mode Vivienne Westwood est devenue la première du XXe siècle à faire usage d'un corset dans sa forme originale, puisque Poiret n'en n'avait pas voulu. Sa perspective, non seulement artistique mais aussi avec un air théâtral, a créé une tendance nouvelle et ancrée dans la mode actuelle.

L'utilisation de vêtements anciens dans ses collections, combinés à sa perception unique de l'esprit, mais aussi du temps, est au cœur de son travail. Ses corsets du XVIIIe siècle donnent à toute les femmes un sentiment à la fois glamour et puissant, qu'elles n'avaient pas ressenti depuis bien des années.

Dans les années 1980, d'autres créateurs suivront son chemin au vu du succès rencontré, mais en utilisant cette fois le corset victorien du XIXe siècle. Entre les mains de Jean-Paul Gaultier et Thierry Mugler, le corset traditionnel devient l'allié incontournable d'une femme de la fin du XXe siècle.

À partir de ce moment-là, le corset va servir de pilier aux designers fashion pour imaginer des modèles que les femmes adorent. Les caractéristiques du corset sont ainsi accentuées ou simplement mises en valeur, ou elles disparaissent et seule la forme est gardée et convertie en enveloppe de plastique moulé. Les résultats sont stupéfiants. Le corset est devenu un « accessoire d'art », avec une signification inédite, artistique bien sûr, mais également sur le plan social - presque une déclaration. Le corset ne symbolise plus désormais l'oppression des femmes, mais l'émancipation sexuelle. Les corsets de Gaultier sont devenus iconiques lorsque Madonna en a arboré un lors de sa tournée mondiale en 1990. Dès lors, le corset est devenu le produit phare de Gaultier, et ses parfums sont vendus dans un flacon en forme de corset.

La présence de corsets sur les tapis rouge n'est pas due au hasard. Les corsets de Mme Westwood exprimaient la sexualité du mouvement rebelle sur les podiums. Les corsets de Gaultier et Mugler, ressemblant à des armures, symbolisaient la power fashion et le culte du corps dans la culture de la haute société. Ici aussi, le corset traditionnel a côtoyé sur les podiums le corset « spectral » que l'on retrouve dans la forme triangle des années 1980 : taille étroite et épaules larges.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.